Le Figaro 15 Mars 2013: En fauteuil roulant sur les chemins de Compostelle.

Sur les chemins de Compostelle

LE FIGARO – 15 / 03 / 2013

Douze personnes paraplégiques ou tétraplégiques vont se lancer à l’assaut de lieux de pèlerinage.

En juillet prochain, handicapés et valides partent de Martel dans le Lot pour rejoindre Gavarnie. 120 kilomètres sur un itinéraire jusqu’à présent inaccessible aux fauteuils roulants. «Ça promet une aventure humaine exceptionnelle: je vais randonner dans des lieux où jamais je n’aurais pu aller», s’enthousiasme Thérèse Lemoine, paralysée des membres inférieurs depuis 40 ans, championne d’escrime et éducatrice sportive.

Au total, douze personnes paraplégiques ou tétraplégiques se lancent à l’assaut de ces chemins, accompagnées par une quarantaine de valides. «Le matin et le soir, nous avons besoin d’aide pour la toilette mais aussi pour soigner des blessures comme les escarres. Ensuite, sur le sentier, avec nos fauteuils, ce sont nous, les “zandicapés” (avec zanzan, noms familiers que se donnent entre elles les personnes handicapées – NDLR) qui emmènerons le reste du groupe», prévient Édouard Braine, tétraplégique et président de l’association Santiago Accessible, porteuse du projet. Les 350 kilomètres des trois étapes reliant Cahors à Lourdes s’effectueront en autocar.

Des parrains médiatiques

À l’origine de ce défi inédit, l’Esat (Établissement et service d’aide par le travail) de Ludres en Meurthe-et-Moselle: en 2011, cet établissement de travail adapté devient sous-traitant de Lazelec, une PME grenobloise qui met au point un fauteuil roulant électrique tout-terrain. «Après avoir essayé le Mobile Dream, l’idée de partir sur les chemins de Saint-Jacques nous est venue», raconte Michaël Leclair, directeur de ce centre de l’Association des paralysés de France. De fait, ce fauteuil doté de 4 roues motrices, d’une autonomie d’environ 80 km et d’un look proche du tacot affiche une vitesse moyenne de 20 km/h. «Les patients sont satisfaits car sur le sable, dans des chemins boisés, bref dans la nature, ce fauteuil est performant: il permet de franchir des racines, des grosses flaques d’eau ou un trottoir un peu haut», témoignent Mathilde Kerharo, ergothérapeute au centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelles de Kerpape (Morbihan).

De fil en aiguille, le projet s’étoffe: Vincent Boury, ingénieur et pilote d’essai de Lazelec, active son réseau de champions paralympiques. Et des parrains médiatiques, comme Martin Hirsch ou encore Philippe Pozzo di Borgo, dont la vie a inspiré le film Intouchables , permettent de démarcher des sponsors.

L’été prochain seront donc au départ de cette randonnée deux champions paralympiques, le conseiller diplomatique du gouvernement, S.A.R. Sixte de Bourbon-Parme mais aussi huit travailleurs handicapés de deux Esat. Et à ceux qui reprochent la dimension spirituelle d’un tel voyage, le diplomate rétorque: «Nous partirons à la Saint-Jacques et arriverons, le 4 août, date anniversaire de l’abolition des privilèges.»

Nathalie Bougeard