»L’homme à roulette » mobilise à Kerpape

Le télégramme, le 11 juin 2018

Édouard Braine, ancien diplomate, est l’organisateur d’un colloque sur l’intégration des personnes handicapées dans l’espace public et politique, lundi 11 juin 2018, à Kerpape.

Et si on arrêtait de dédier des secrétariats d’État aux personnes handicapées, mais qu’on en élisait davantage ?

C’est peu ou prou l’idée portée par Édouard Braine, énarque, diplomate et tétraplégique, et quelques autres décideurs français sensibles à la question du handicap. Ils organisent un colloque à Kerpape (56) ce lundi.

Il suffit de l’écouter quelques instants évoquer son parcours et ses sentences lucides sur le « monde du handicap », pour oublier quasi instantanément que cet homme peut à peine mouvoir un bras.

Imposant et solide, engoncé dans un fauteuil roulant électrique, Édouard Braine plante ses yeux acier et développe son propos dans une langue délicieuse et acérée.

Dans la vie de cet homme de 68 ans, il y a un avant et un après cette chute de cheval qui le laisse, il y a 17 ans, tétraplégique.

 

La France, mauvaise élève

L’homme s’indigne et il a été à bonne école. Parmi ses deux « bonshommes inspirants », comme il les appelle, feu Stéphane Hessel, rencontré au Quai d’Orsay et longuement fréquenté, fait figure de « Saint Patron ».

L’autre, c’est Philippe Pozzo di Borgo, un autre homme à roulettes croisé au centre de rééducation de Kerpape (56). C’est sa vie qui a inspiré le personnage joué par François Cluzet dans le film « Intouchables ».

Début novembre 2011, un heureux alignement des planètes fait que le premier publie son « Indignez-vous ! » et l’autre voit le film de sa vie paraître à l’écran.« Deux événements considérables, qui ont fait de moi un électron libre, capable de porter des messages sur un sujet qui était, avant cela, complètement inaudible ! On a enfin pu faire découvrir l’ampleur du déficit français en matière de handicap ».

Une volonté de participer à la vie publique

Désormais installé à Larmor-Plage, « exilé politique de la capitale qui est totalement inaccessible », et hôte régulier du centre de rééducation de Kerpape, il y organise ce lundi un colloque où se côtoieront valides et hommes roulants, élus et chefs d’entreprise, décideurs bien décidés à faire entendre la voix des personnes handicapées plutôt que de parler à leur place.

Pour l’occasion, Édouard Braine, pas avare de gestes symboliques, portera des médailles : l’une remise, à la fin des années 70 par le président grec, la seconde, en 1987, par l’actuel président du Bundestag allemand. Le premier était atteint de nanisme. Le second est cloué dans un fauteuil roulant. Tout un symbole.

Compte Rendu  »Colloque sur l’intégration des personnes handicapées dans l’espace public et politique »